TéléchargementCopyrightMentions légalesOffres d’emploiCrédit photosACTUALITES

 
Faisant abstraction des courants de «décolonisation esthétique» qui invitaient les artistes à concentrer leur pratique autour de symboles et signes ancestraux ainsi qu’une iconographie traditionnelle ; refusant de se laisser enfermer dans des interrogations sur les notions d’assimilation, d’identités culturelles en réaction à l’Occident, ils se saisissent sans complexe de tous les médiums à leur disposition pour appréhender le monde actuel. Abstraction est donc à comprendre ici non comme une pratique moderniste de l’art du XXème siècle mais comme un énoncé, un discours sur des pratiques artistiques qui s’inscrivent dans un registre qui permet, comme l’indique le dictionnaire « de s’isoler mentalement de son entourage et de son milieu pour mieux réfléchir »..

Les artistes de cette exposition conçoivent l’œuvre comme un moment et non comme une finalité. Il s’agit pour eux d’une étape, d’un processus plus large dans le sens où ils interrogent, à travers leur pratiques, des notions tel que le rapport de l’homme à l’univers et à son histoire, le devoir de mémoire, l’espace identitaire de la femme dans la société, les défis de la mondialisation ou encore la nécessité d’une nouvelle organisation sociétale. Autour de ces différentes thématiques, leurs œuvres fortes, aux formes multiples (peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations) sont mises en résonance ou en dissonance, nous invitant à prendre part, nous aussi, à leurs réflexions.

Tous présents dans les grandes manifestations internationales, ces artistes « enracinés dans, mais pas limités par » l’Afrique selon la formule de Nana Adusei-Poku, participent à l’inscription légitime de l’art contemporain africain sur la scène mondiale actuelle.

Le Premier centre d’art contemporain a Essaouira

Expositions

Emergence de l'art moderne et contemporain au Maroc
Prolongation jusqu’au
15 juillet au novembre 2016

Près de Berlin, un projet artistique en hommage au deux des écrivains les plus intéressants du romantisme allemand , Bettina von Arnim et Ludwig Achim.
Textes Maria Jose Benito et œuvres graphiques de Mostapha Romli.

Avril 2016
Abstractions légitimes réunit quatorze artistes d’origine afri-caine, marocains et subsa-hariens. Africains, ils le sont profondément mais, par la diversité de leurs propos et par la pluralité de leurs registres esthétiques, ils affirment aussi leur propre singularité et individualité.

Du 15 juillet au 15 novembre 2016

Abstraction légitimes

NEGRO AMOR,
ROJO INFINITO